Prétox et détox pour passer de bonnes fêtes

La période des fêtes, c’est la porte ouverte aux excès en tous genres. Entre les menus copieux (et souvent alcoolisés), les nuits courtes, le manque d’activité physique, le stress de la « course aux cadeaux » et des repas de famille, notre hygiène de vie risque de connaître quelques accros. Afin de préparer et ménager notre organisme, la cure prétox est conseillée une semaine avant le début des festivités. Puis deux semaines après les fêtes, la phase détox met le corps au repos, draine les toxines accumulées et permet de retrouver tonus et confort digestif.
Prétox en attendant les fêtes
  • Alléger ses repas
- On privilégie les légumes cuits à la vapeur ou à l’eau, on réduit sa consommation de viande, de produits laitiers, de plats transformés et de graisses en général. Au dessert, on mise sur les fruits.
- On évite le sel car il s’invitera largement à votre table de fêtes (saumon et viandes fumés, petits fours, foie gras, biscuits apéritifs…)

 
  • Boire plus que d’habitude
On bannit les boissons sucrées et alcoolisées et on boit au moins 1,5L d’eau par jour, à compléter avec des tisanes ou du thé vert, riches en antioxydants. Le matin, on peut aussi prendre un verre de jus de citron chaud à jeun pour booster son foie.
 
  • Ne pas oublier l’activité physique
On préconise de bouger 30 à 45 minutes, 3 fois par semaine, ou bien de faire une activité sportive quotidienne : dans ce cas 10 à 15 minutes suffisent. Outre l’effet anti-stress immédiat, conserver une activité physique permettra à l’organisme d’éliminer plus facilement les excès à venir et de retrouver plus rapidement la forme. Marche, natation, vélo, gym douce au réveil…

 
Détox après les fêtes
  • On favorise une bonne digestion
Côté tisanes, celles de menthe, d’anis, de fenouil ou de gingembre râpé sont tout indiquées après un repas trop copieux.
Certaines huiles essentielles sont de parfaites alliées en cas d’excès alimentaires. Deux gouttes d’essence de pamplemousse sur une cuillère de miel à la fin du repas est un excellent digestif. L’huile essentielle de menthe pour bien digérer, celle de basilic indien contre les ballonnements, et celles encore d’estragon ou de gingembre comme stimulants digestifs sont de bons alliés ; prenez une goutte seulement, mélangée à un peu de miel.
En homéopathie, deux remèdes de choix après un repas trop copieux : Nux Vomica, tant pour prévenir que pour calmer les lourdeurs, et Antimonium Crudum, tous deux en 5 CH.

  • Une assiette au naturel
Pendant ces quelques jours, on mange « brut » c’est-à-dire des plats non préparés : légumes nature, fruits, poissons cuits vapeur, viandes blanches, laitages nature… Parmi les aliments les plus détoxifiants : le poireau, l'artichaut, la patate douce, le chou, la pomme, le citron, la mangue… La première semaine, on privilégie les formes cuites et chaudes (vapeur, purées, compotes, soupes…) pour ménager les intestins. La seconde semaine, on panache avec du cru pour permettre à l’organisme de bénéficier de davantage de vitamines.
  • On s’hydrate pour drainer
L’eau booste la mission des organes émonctoires, notamment des reins, évacue les toxines hydrosolubles, fluidifie le sang et favorise le transit en s’associant aux fibres alimentaires. L'eau reste le plus efficace des "draineurs" de l'organisme. On peut y associer de temps en temps des jus frais maison pour recharger l’organisme en vitamines et minéraux (mais attention, même 100% pur jus, ils restent très sucrés).

  • On délaisse le sel
Les excès de sodium favorisent la rétention d’eau dans les cellules, donc l’effet gonflette, et, d’autre part, freinent l’élimination des déchets par voie rénale. Le mieux, on zappe la salière. Pour donner du goût, on utilise des épices et des aromates qui, en plus, contiennent de nombreuses substances antioxydantes.
 
Dès les premières heures, on retrouve un meilleur confort digestif, on se sent moins barbouillé et on s’allège de 1 à 2 kilos. Au fil des jours, le teint s’éclaircit, la fatigue et les maux de tête s’estompent, le ventre redevient plat et le transit retrouve sa régularité.
 
Sources : www.santemagazine.fr, www.consoglobe.com