Tous en selle(s) !

C’est un sujet tabou, et pourtant. Observer quotidiennement ses selles au fond des toilettes n’est pas un geste inutile et devrait même devenir un réflexe d’hygiène de vie. S’il est le plus souvent le reflet de notre alimentation, le changement de coloration des excréments peut parfois traduire un problème de santé.
Souvent marrons mais parfois vertes, jaunes ou noires, les selles peuvent prendre différentes teintes. Ces couleurs traduisent en réalité le fonctionnement de votre système digestif. Et permettent aussi de détecter une éventuelle pathologie.
 
Marron brun
Les selles sont d’aspect normal. La couleur marron s’explique par la dégradation d’un pigment (la stercobiline) par le microbiote intestinal.
 
Noires
Les compléments alimentaires à base de charbon ou de fer peuvent noircir les selles de manière temporaire. Mais si cette couleur est associée à un aspect goudronneux et une mauvaise odeur, c’est un « méléna », c’est-à-dire du sang digéré que l’on retrouve dans les selles. Une hémorragie dans la partie haute du système digestif est à craindre. Il est important de consulter rapidement votre médecin qui vous orientera vers un spécialiste pour pratiquer une endoscopie afin de repérer l’origine de l’hémorragie.
 
Rouges
Il arrive parfois que du sang se retrouve dans les selles. Chez le sujet jeune, ces pertes de sang peuvent résulter d’une pathologie anale comme les hémorroïdes. Mais chez un patient de plus de 40 ans, il est nécessaire de consulter pour déterminer si une coloscopie est nécessaire afin d’exclure une pathologie plus grave (polypes, cancer colorectal).
 
Blanchâtres
Ce phénomène peut survenir de manière temporaire si vous êtes sous antibiotiques car le traitement détruit une partie du microbiote intestinal et la bilirubine n’est plus transformée en stercobiline. Mais certaines maladies du foie peuvent être à l’origine de cette couleur comme l’absence de sécrétions de sels biliaires ou une obstruction des voies biliaires, qui nécessitent alors une consultation médicale. Chez un nourrisson, la présence de selles décolorées peut indiquer une maladie rare du foie, la cholestase néonatale.
 
Jaunes
Hormis une prise excessive de bêtacarotène contenu dans certains fruits et légumes (carotte, mangue, poivron, patate douce…) ou compléments alimentaires, des selles jaunes claires et nauséabondes peuvent traduire un dysfonctionnement pancréatique et une mauvaise absorption des graisses. Si les selles sont en plus liquides (diarrhée jaune), il peut s’agir d’une giardiase, une parasitose digestive. Quelle que soit leur consistance, des selles jaunes doivent vous amener à consulter votre médecin.
 
Vertes, violettes, orange
Certains aliments comme la betterave, les légumes verts… peuvent colorer les selles s’ils sont consommés en grande quantité. C’est particulier mais sans gravité !
 
Une règle à suivre : si vous êtes âgé de plus de 40 ans et que vous constatez quelque chose d’inhabituel dans vos selles (sang, glaires…), un changement de couleur ou une consistance particulière, parlez-en à votre médecin. Soyez d’autant plus vigilant si des membres de votre famille sont ou ont été touchés par un cancer digestif. Chez le nouveau-né, si les selles vous paraissent décolorées, il faut consulter sans tarder.
Vous l’avez compris : à votre prochain passage aux toilettes, ouvrez l’œil avant de tirer la chasse ;)
 
 
Sources : Doctissimo, Destinationsanté