L'intestin, notre deuxième cerveau

Par Charlotte MUGUET-GIANG, pharmacien micronutritionniste
Pendant longtemps, nous avons limité l'intestin à son rôle d’assimilation des nutriments et des micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments, acides-gras...). Ces dernières années, le point de vue scientifique a largement évolué. Désormais nous parlons de l'intestin comme d'un deuxième cerveau.
Pourquoi le deuxième cerveau?
  • Saviez-vous que l’intestin envoie 9 messages au cerveau alors que le cerveau en envoie un seul à l’intestin? Tout ceci se faisant via des neurones qui les relient, secrètement sans que vous le sachiez.
  • Saviez-vous qu’une bactérie a été mise en évidence dans le surpoids?
  • Saviez-vous que des études scientifiques ont montré le rôle du microbiote intestinal dans l'obésité, l’autisme, la dépression  et bien entendu les pathologies digestives ?
  • Saviez-vous que 95 % de la sérotonine (neurotransmetteur intervenant dans la gestion des émotions) est synthétisée au niveau de l'intestin ?
En effet, l’intestin grêle mesure environ 6 mètres de long et grâce à des villosités il couvre à lui seul une surface d'environ 300 m². Ce qui correspond à une immense surface d’échanges entre nos aliments et notre muqueuse digestive. Nous avons à l'intérieur de nous un vrai trésor : une interface digestive de la taille d'une maison ou d'un terrain de tennis pour les sportifs.
En plus de sa taille,  l’intestin (dont le côlon) est composé par des cellules qui sont recouvertes par un mucus avec un microbiote. C'est ce microbiote qui intéresse tant les chercheurs. On parle aussi de la flore intestinale. Ce microbiote est considéré comme un organe à lui tout seul. Il est composé de 50 à 60 milliards de bactéries.  Ces bactéries ont des noms étranges : firmicutes, bactéroides, actinobactéries... Nous ne sommes jamais tout seuls. Un tiers de ces bactéries sont communes à nous tous et le reste (deux tiers) sont propres à chacun d’entre nous. C'est comme si nous avions un code barre propre ou une empreinte digitale intestinale.
Plusieurs facteurs influencent notre flore
La diversité bactérienne dépend de :
  • facteurs génétiques : notre profil intestinal sera plus proche de nos frères et sœurs que de nos amies
  • facteurs alimentaires : en fonction de notre alimentation nous allons développer des bactéries amies bonnes pour notre santé ou des bactéries ennemies qui nous déclencheront des pathologies. Pour les bactéries amies, c'est comme si au sein de notre maison, nous avions des fées du logis qui veillaient au bon maintien de l'état général. C'est à elles qu'il faut penser en mangeant correctement. N'oubliez pas de les chouchouter en mangeant des fruits et des légumes !
  • la localisation géographique : le lieu de naissance et le lieu d'habitation jouent un rôle
  • l'âge : une personne âgée n'aura pas la même flore intestinale qu'un adulte en pleine force de l'âge.
L'intestin intervient aussi dans l'immunité, l'accumulation et le stockage d’énergie, la synthèse de certaines vitamines dont la vitamine K... L'importance du microbiote est largement démontrée de nos jours. Il s'agit de la santé du futur.

 Charlotte MUGUET-GIANG
Pharmacien Micronutritionniste
CONTACT
Tél : 90 33 60
cmuguetgiang@gmail.com

Site web
Facebook : Santé micronutrition