Les lipides, parlons-en

Par Charlotte MUGUET-GIANG, pharmacien micronutritionniste
Souvent nous entendons parler des régimes sans gras, sans lipides...  A en croire de nombreux articles, les lipides seraient à supprimer de nos assiettes et seraient l'ennemi numéro 1 à combattre. En effet, on pense souvent que le gras serait toxique car responsable de l'obésité, des maladies cardiovasculaires, du cholestérol... 

Et pourtant… Saviez-vous que les lipides ont de multiples rôles au sein de l'organisme ? Aussi bien producteurs d’énergie, transporteurs, présents dans la composition des membranes cellulaires, précurseurs de certaines hormones, etc. : les acides gras sont indispensables au corps humain pour une bonne santé du cerveau, de l’intestin, des cellules, de la vision.

Une question d’équilibre

Sans acides gras dans l’organisme, nous serions comme une maison sans portes avec des volets qui grincent, des fenêtres sales ; d'où des pertes de mémoire, des troubles de la vision… Donc OUI, nous avons tous besoin d'en ajouter dans notre assiette. Mais pas n’importe lesquels et pas n’importe comment. D’autant que chaque individu a des besoins en lipides différents selon son âge et son mode de vie : un adolescent n'aura pas forcément les mêmes besoins qu'une femme enceinte ou qu'une personne âgée ; de même pour un sportif par rapport à une personne sédentaire.

Evitez les acides gras TRANS

Il suffit de connaître les différents acides gras pour mieux choisir ses aliments. Les acides gras sont classés en fonction de leur structure chimique. Ceux à éviter sont principalement les acides gras TRANS, produits par l'hydrogénation des huiles végétales. Ils ont été modifiés par l'industrie agroalimentaires afin d'être plus manipulables, plus stables et permettent d’obtenir un produit qui rancit moins vite.

Si on les retrouve naturellement dans les matières grasses issues des animaux ruminants (vache, chèvre, brebis…), les acides gras TRANS sont surtout présents dans les produits industriels : les biscuits, les gâteaux, les barres chocolatées, les pizzas, les biscuits apéritifs, les pâtes feuilletées par exemple. Et ce, même si ces produits sont labellisés « bio » ! Si vous en consommez régulièrement, vous pourriez voir apparaître un embonpoint, des problèmes cardiovasculaires, une augmentation du mauvais cholesterol (LDL). Des études scientifiques ont même démontré un lien entre une consommation excessive d’acides gras TRANS et un risque accru du cancer du sein. Alors, scrutez les étiquettes et évitez les produits où il est mentionné « huiles hydrogénées ». De façon générale, évitez les produits transformés et préférez les aliments bruts que vous pourrez cuisiner vous-même en y ajoutant les bons gras et à la juste dose !

A privilégier : les oméga-3

D’autres acides gras peuvent être consommés de façon raisonnable (à limiter toutefois selon votre âge, mode de vie, pathologie) qui sont :

  • les acides gras saturés présents dans les viennoiseries, le fromage, le beurre, les viandes grasses, l'huile de palme
  • les acides gras polyinsaturés de type oméga-6 présents dans le maïs, l'huile de tournesol

Mais ceux à privilégier sont les acides gras monoinsaturés (présents dans l'huile d'olive, les avocats) ainsi que les acides gras polyinsaturés de type oméga-3. Ces derniers peuvent être d'origine végétale (huile de colza, de noix, les graines de lin, les légumes verts à feuilles) ou d'origine animale (les poissons gras comme le saumon sauvage, les sardines, les anchois).

Ils sont impliqués dans de nombreuses fonctions : système nerveux, vision, mémoire notamment. Souvenez-vous de ce conseil lorsque vous étiez étudiant avant un examen « mange du poisson ! » ou de la cuillère d’huile de foie de morue de nos grands-mères.

Ces acides gras polyinsaturés sont essentiels à l'organisme et doivent nous être apportés quotidiennement par l’alimentation.



 Charlotte MUGUET-GIANG
Pharmacien Micronutritionniste
CONTACT
Tél : 90 33 60
cmuguetgiang@gmail.com

Site web
Facebook : Santé micronutrition