La climatisation nous rend-elle vraiment malades ?

Maux de tête, écoulement nasal, éternuements, gorge irritée... Comment ces symptômes typiquement hivernaux peuvent-ils s’immiscer dans nos vies en plein cœur de l’été? Pour beaucoup, le coupable est vite trouvé : c’est la «clim» qui nous a fait «prendre froid». Cette idée reçue a la vie dure et pourtant, elle n’est pas tout à fait exacte.

Un rhume n’est pas la conséquence d’un coup de froid. Cela signifie simplement que vous avez été en contact avec un virus et que votre système immunitaire met quelques jours à se débarrasser de l’intrus.

La climatisation n’est toutefois pas totalement innocente. Elle assèche l’air et nos muqueuses nasales avec, qui vont être fragilisées. En réaction, elles vont s’humidifier un peu plus, ce qui peut aboutir à une rhinite (écoulement nasal). Mais celle-ci n’est pas liée à une infection.

Pour remédier à ce problème, la plupart des climatiseurs sont équipés d’un système d’humidification, qu’il faut veiller à entretenir régulièrement. Faute de quoi, cela peut, dans des cas exceptionnels, aboutir à des cas de légionellose. Cette infection respiratoire grave mais non contagieuse est provoquée par l’inhalation de légionnelles, des bactéries capables de se développer dans les eaux stagnantes et chaudes des réseaux de distribution d’eau ou des circuits de refroidissement.

Un torticolis, une contraction aux épaules ? Là aussi, la climatisation peut être mise en cause. Si l’air est directement projeté sur la personne, la sensation de froid peut entraîner une contraction réflexe de certains muscles. Il est recommandé de ne jamais mettre la climatisation à une température ayant plus de 7 degrés d’écart avec la température extérieure. Une différence de température trop importante n’est pas anodine. L’organisme peut avoir du mal à gérer un tel écart, surtout les personnes âgées, chez qui cela peut perturber le fonctionnement cardiaque.

Source : http://sante.lefigaro.fr