Pollution & brûlage des déchets verts

Depuis longtemps ancrée dans nos habitudes, activité à première vue anodine, nous continuons de brûler des déchets verts à l’air libre. Mais cette activité émettrice de polluants atmosphériques est dangereuse pour notre santé.

Outre les risques évidents d’incendie qu’il génère, le brûlage des déchets verts contribue significativement à la dégradation de la qualité de l'air. Sa combustion est peu performante. Elle émet une très grande quantité d’imbrûlés (particules fines de toutes tailles) en particulier si les végétaux sont humides. Les particules véhiculent des composés cancérigènes comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les dioxines et les furanes. Le brûlage des déchets émet également beaucoup de monoxyde carbone.

Et si nous changions nos habitudes ?

 Plusieurs alternatives existent pour valoriser les déchets verts :

◊ la tonte mulching qui consiste à déposer l’herbe broyée directement sur la pelouse.
◊ Le compostage individuel : les déchets organiques tels que déchets de jardin, déchets de tontes, déchets alimentaires peuvent être compostés et fournir un engrais de bonne qualité. Certaines collectivités comme Nouméa, le Mont-Dore, Païta proposent de vous accompagner dans cette démarche.
◊ Le paillage : cette technique consiste à recouvrir les plantations et le sol de déchets organiques broyés pour le nourrir et/ou le protéger. Il évite le développement des mauvaises herbes, crée une rétention d’humidité et fertilise le sol.
◊ La collecte en déchetterie ou la collecte sélective en porte-à-porte. La mairie de Nouméa a mis en place un numéro vert gratuit pour l’enlèvement de vos déchets verts : 050 060

Source : le site de Scal'Air