Pourquoi respirer profondément fait-il tellement de bien ?

Les scientifiques analysent la manière dont le contrôle de la respiration permet d’apaiser le mental et de se connecter à l’instant présent, via le nerf vague, reliant le cerveau aux principaux organes.

"Prenez quelques inspirations profondes", entend-on souvent au début des séances de méditation, yoga, hypnose, sophrologie, relaxation… Est-ce une coïncidence ? Non, à en croire le professeur Thomas Similowski, chef de service de pneumologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Car la respiration est le lien corps-esprit par excellence.

Directement "branchée sur les émotions", elle se modifie en fonction de notre état mental, pouvant passer de profonde et lente (état calme) à courte et rapide (état de stress). À l’inverse, agir sur la respiration influence notre esprit, précisément ce qui est recherché dans les pratiques psychocorporelles.

"Elle est la seule fonction végétative (automatique) du corps sur laquelle l’esprit (la volonté) peut agir directement, explique le professeur Similowski. Si l’on nous demandait de ralentir notre transit intestinal ou notre fréquence cardiaque — fonctions tout aussi automatiques — nous en serions bien incapables !" Alors que la respiration, elle, peut être modifiée à volonté et sans effort.

Par ailleurs, si elle est tellement mise à contribution dans les pratiques psychocorporelles, "c’est tout bonnement parce que ça marche !" poursuit le professeur. En la contrôlant, on obtient des effets positifs visibles et mesurables sur le corps."

Pour en savoir plus sur www.sciencesetavenir.fr